Introduction

 

 

« L’éveil à la totalité dissipe toute peur,
et la spontanéité de la réponse dissipe
tous les sentiments d’effort à vivre
. »
VIMALATHAKAR

  

 

      Le praticien de La Résonance Unitive doit se placer dans une présence non duelle et une écoute intuitive. A l'intérieur de cette présence, il se laisse agir par l'empathie intuitive qui l'anime. Quand cette empathie subjective s'aligne sur la Conscience Impersonnelle, on parle alors de Résonance Unitive. Elle est l'agent déclencheur des transformations qui lève les blocages et les résistances psycho-énergétiques.

         Dans un premier temps, l'attention empathique et intuitive du praticien-résonateur[1] provoque en lui une harmonisation des énergies subtiles. Dans un deuxième temps quasi simultané, le patient-receveur est « contaminé » par cette harmonisation. C'est ce qu'on appelle l'effet miroir[2]. Il intervient quand les deux cerveaux : praticien / patient, se synchronisent dans un espace de résonance unitif. Le cerveau du patient est automatiquement informé, par résonance, du processus d'auto-guérison dans lequel le praticien-résonateur s'est mis (je privilégie le masculin par commodité syntaxique, le féminin étant bien sûr sous-entendu).

Pour cela, et ce qui ne va pas de soi, l'initiateur de la résonance doit être dans une présence non duelle. De telle sorte, qu'en unifiant sa propre résonance ou son propre espace de sensibilité[3], il envoie indirectement vers le receveur par une sorte de Canal de l'Ailleurs[4] le message : Lâche prise et laisse la guérison s'opérer.

         Il n'y a ni techniques ni interventions d'aucune sorte décidées mentalement. Tout se fait à l'intérieur d'un espace de sensibilité ouvert, neutre, diffus, intuitif et spontané, connecté avec l'énergie vitale et régénératrice. C'est l'art du non faire et du non vouloir qui prévaut. L'énergie universelle et les ressources internes se mobilisent de façon autonome pour lever les inhibitions, les blocages et rétablir l'équilibre bio-psycho-énergétique et spirituel.

          Cette approche est accessible à toutes les personnes qui désirent se sensibiliser au pouvoir d'auto-guérison du corps-esprit[5] et à sa capacité d'éveil spirituel. Elle est universelle par sa simplicité et sa mise en oeuvre. Aucun prérequis n'est nécessaire. Il faut simplement apprendre à lâcher prise avec le mental contrôlant et la volonté de comprendre ce qui se passe. L'efficacité de La Résonance Unitive dépend du degré du lâcher prise et de l’absence totale d’attente. Plus on accepte d'être l'outil de la force insaisissable et invisible qui anime toute chose, plus celle-ci déploie son pouvoir régénérateur et harmonisateur.

La Résonance Unitive ne prône aucune croyance. Elle incite juste à la curiosité. Les praticiens s'intéressent de plus en plus à tous les phénomènes hors du commun qui peuvent être observés à travers le monde. Aujourd'hui, les phénomènes paranormaux, dits psi (télépathie, remote viewing[6], médiumnité, ...), ou extraordinaires, sont de plus en plus étudiés par la communauté scientifique (notamment l'I.N.R.E.S.S.[7] en France). Les milliers d'études apportent des preuves irréfutables que les perceptions extrasensorielles ou précognitives[8] par exemple, existent bel et bien. Même si on ne peut pas encore les expliquer, les étudier est déjà une réelle avancée.

L'accroissement des sources d'informations, des échanges, des recherches sur toutes ces expériences et capacités de la conscience concourt à réduire le schisme entre la science et la spiritualité. Les grands sages et maîtres spirituels transmettent depuis des millénaires des principes et des lois universelles que la physique quantique, la biologique moléculaire et l’astrophysique redécouvrent. Tout est lié. Le microscopique se retrouve dans le macroscopique. Et plus on s’enfonce dans l’infiniment petit, plus l’observateur se perd dans le vide, pour retomber finalement dans l’infiniment grand.

De nombreuses approches thérapeutiques s'inspirent de ces découvertes pour justifier le bien-fondé de leur conception holistique de l'être humain. Elles postulent que la conscience n’est dissociable ni du corps ni de l’environnement, que tout est dans tout. Que toutes les dimensions de l’être humain interagissent en permanence. Ce paradigme n’est bien sûr pas nouveau. Il fait écho aux médecines orientales où la compréhension de la maladie est reliée à l’ensemble être vivant / environnement.

 Nous autres occidentaux, avons besoin de passer par l’analyse et l’observation scientifique des phénomènes, en les disséquant, en les séparant. Pour finalement se rendre compte que tous les organes sont en résonance : que la personne, ses émotions, sa pensée, les relations interpersonnelles, le contexte, son histoire, les liens transgénérationnels[9], composent un tissu complexe d’interactions et d'interdépendances.

Ce livre est une tentative de formalisation des résultats de mes recherches sur la vie, l'âme, la conscience et leurs liens. Commencée il y a 20 ans, cette recherche empirique interroge aussi, d’une manière plus technique, la structure de la conscience, ses mécanismes relationnels par rapport à soi, aux autres et au monde. Je m’appuierai à l’occasion sur des cas concrets pour expliquer ce qui se passe dans l'espace de conscience du praticien de la résonance.

La Résonance Unitive apprend au praticien-résonateur à développer une attention ouverte dans son corps outil de résonance intuitif – pour devenir au final un canal cosmo-tellurique[10], exprimant dans l’instant, l’état relationnel énergie / corps / environnement de la personne accompagnée.

Pour qu’une Résonance Unitive puisse s’enclencher, le praticien doit être capable d’entrer intentionnellement dans un état de conscience non duel, devenant ainsi un catalyseur fluide du flux vital. Son corps intuitif se fait en l’occurrence instrument de résonance énergétique et spirituel.

L’approfondissement de la connaissance de soi est nécessaire pour maîtriser l’attention ouverte et neutre. Ce préalable est indispensable à La Résonance Unitive qui exige une posture dissociée du moi-identitaire, avec une ouverture du coeur inconditionnel jusqu'à la grâce (F. J. Kinslow nomme cela le « Eufeeling[11] »). L'extinction de l'ego s'impose au praticien-résonateur. Il n'est plus personne qui résonne. La conscience individuelle s'efface devant l'innommable vertige du vide impersonnel. C'est l'art du quiétisme[12] qui prévaut dans le sens schopenhauerien du terme. C'est le renoncement de toute volonté de puissance sur les choses et les autres. Il n'y a plus d'affirmation de qui ou de quoi que ce soit. Il reste seulement la toute puissance de l’énergie vitale dont nous avons conscience.

Cette conscience qui est maintenant en train d’écrire est à l’image de l’énergie universelle, créatrice de matière et de formes. Elle jaillit du rien tout comme les étoiles et les planètes émergent du néant. Et pourtant ça ne révèle rien sur l’origine, ou le motif de ce qui est créé. La vie n’a-t-elle pas d’autre but qu’elle-même ? Le vide créateur n'est-il pas l’Esprit infini qui pense ? Ne sommes-nous pas sa pensée matérialisée ?

Pour introduire brièvement le deuxième chapitre et répondre à la question du vide créateur, la physique quantique avance l'hypothèse du « champ du point zéro » ou énergie du vide. C'est le champ dans lequel se déroule l'échange d'énergie infinitésimal entre les particules subatomiques et qui, additionnées les uns aux autres partout dans l'univers, crée une quantité d'énergie infinie.

Tout étant lié et baignant dans cette énergie, il suffirait de laisser tomber les résistances mentales, les peurs, les inhibitions, créatrices de perturbations au niveau du « champ du point zéro », pour de nouveau retrouver l'équilibre vital au sein de nos cellules. Concernant la maladie, Lynne Mc Taggart parle d'un brouillage d'informations. Pour rétablir la santé, il faudrait avoir accès à la bonne information; d'où la notion de « médecine informationnelle[13] ». La Résonance Unitive se rapprocherait de la « médecine informationnelle » en ceci qu'elle tend à redonner toute sa place à la Pensée Universelle qui in-forme tout. En supposant que l'information est pure énergie créatrice de vie et de forme, se caler sur elle suffirait à rétablir la santé.

L'acceptation totale de ce qui est dans l'espace de sa conscience, pour éviter tout conflit intérieur ou toute résistance, est un préalable nécessaire au retour du quanta initial. L'abandon de tout projet ou de toute interaction pour ce qui est, ramène à l'essentiel : l'instant présent. Et l'instant présent est le lieu où l'énergie vitale se manifeste dans sa toute puissance régénératrice pour rétablir l'information juste, au sein de la conscience cellulaire.

La Résonance Unitive s’inscrit dans une démarche préventive, parce qu’elle aide le praticien-résonateur et le patient-receveur à se reconnecter à la Force-de-Vie. Dans le cadre des Cercles de Résonance, les praticiens-résonateurs entrent dans un espace de partage bienveillant de compassion et d’authenticité, le fameux « eufeeling » de Kinslow. Les Résonances Unitives en cercle sont l’occasion de communier dans le lien retrouvé avec soi-même à l'intérieur d'un espace commun ouvert au Tout. Les mémoires archétypales de nos ancêtres peuvent alors se dévoiler, donnant lieu à une expression primitive, où chants et danses ethniques s'imposent spontanément pour le bonheur de nos coeurs ravivés.

Dans le premier livre,L’éveil que je suis, j'ai énoncé l’expérience fondatrice qui réveilla ma conscience endormie. Le corps immobile et l'esprit étriqué, je m'enfonçais inexorablement dans une inertie dépressive, jusqu’à l’anéantissement du vouloir-vivre[14], et c'est alors qu'une voix d'outre-tombe tint à peu près ce langage : « La vie c’est le mouvement. Le mouvement c’est la vie. Rien ne t'appartient. Tu es le mouvement, uniquement le mouvement de la vie éternelle qui se recrée sans cesse ». Cette évidence s’incrusta dans ma chair. Elle me poussa à accepter la volonté toute-puissante de la Vie. Elle me sortit de l’inertie morbide et permit à l’énergie vitale de re-circuler librement. C’est cela aussi que La Résonance Unitive offre : autoriser de nouveau la circulation vitale.

Ce deuxième livre  établit les principes et la pratique de l'art de la guérison de l'âme et de l'éveil par La Résonance Unitive. Invitant tout un chacun à laisser agir la Force-de-Vie en toute conscience et ce, en apprenant à s’effacer devant la puissance de cette Toute-Présence créatrice de vie. Ma volonté est également de définir un cadre sémantique ouvert et neutre qui pose le cadre d'une spiritualité libre de tout dogmatisme.

Cela pose les termes d’un espace relationnel non duel où les clivages et les étiquettes tombent, où les automatismes relationnels se déconstruisent pour rétablir les bases d'une communication authentique. Où, seules les valeurs humaines de cœur, de respect, de tolérance et de bienveillance font loi. Ainsi : chacun, chacune peut expérimenter son être-présence en toute sécurité, pour l’accueil de son âme dans le Tout-Soi. S'ouvrir à la Grande Conscience guérit les blessures psycho-émotionnelles liées au vécu de l'individu. En cela, l'éveil et l'auto-guérison sont intrinsèquement liés.

La Résonance Unitive s’adresse avant tout à l’âme. Elle n’est donc pas une thérapie corporelle. Au sens où Jung la nommait, elle serait plutôt une psychologie de l'âme. Ce qui ne veut pas dire que la Résonance Unitive n’a pas de conséquences bénéfiques sur le corps. Puisque tout est lié, il est possible que l’empathie spirituelle et intuitive mise en place par le praticien-résonateur dans l’espace sacré de la relation, puisse rétablir les fonctions innées d’autorégulation. Celles-ci pouvant être troublées par des luttes intestines, nourries par l'ego et le mental qui nous coupent de notre essence universelle.

L'antidote à l'isolement, à la dépression et au désenchantement social se trouve dans le cerveau droit selon le Dr Jill Bolte Taylor. Perdant la capacité de parler, marcher, lire, écrire, à cause d'un accident vasculaire cérébral (A.V.C.) paralysant l'activité du cerveau gauche, elle s'est sentie fusionner avec l'Univers et faire Un avec toutes choses dans un sentiment d'extase totale.  

Nous sommes tous enfants du cosmos. L'eau qui constitue notre corps est vieille de plusieurs milliards d'années. Elle vient des pluies de météorites qui ont bombardé la Terre en des temps immémoriaux. Tout ce qui nous compose est le fruit d'échange entre le Cosmos et la Terre, rien de moins. Nous sommes le fruit d'une évolution extraordinaire qui dépasse l'entendement. Le mental est bien peu de chose face à la puissance créatrice de l'Univers.

L’art de la résonance propose au patient-receveur de vivre une expérience relationnelle nouvelle et non-conventionnelle. Le praticien de la Résonance Unitive ne suit pas un schéma de séance préconçu. Il se met au service de la force créatrice en renouvellement permanent. Elle le guide dans la mesure où il ne lui offre aucune résistance. C’est une collaboration. Il est le médiateur qui figure et illustre de manière physique et concrète ce qui se joue dans l’espace de la Résonance Unitive avec une personne, un lieu, un animal ou autre chose encore.

Le praticien entre d’abord en relation avec son propre espace de conscience, lui-même baigné dans un espace plus grand : la Conscience Intuitive qui observe ce qui est, tout en le créant. Ensuite, l’énergie catalysée (perceptions, sensations, émotions, mouvements, images, sons, mots, chants, …) par le praticien déclenche par résonance chez le patient la mobilisation de sa propre Force-de-Vie régénératrice.

On pourrait dire de façon schématique que La Résonance Unitive tend à reconnecter le patient à son guérisseur intérieur. La découverte des neurones miroirs[15] appuie mon intuition de départ : le praticien qui élargit sa conscience au Tout-Autre, déclenche une synchronisation des neurones du patient, voire de toutes les cellules. Son cerveau et son champ énergétique se calent sur ceux du praticien. Par voie indirecte d’ouverture de conscience impersonnelle, et sans intention dirigée pour changer l’autre, il y aurait un phénomène contagieux, à l’instar du bâillement ou du rire.

Les parents qui veulent apprendre à marcher à leur enfant n’ont en réalité rien à lui apprendre. Ils ont juste à entourer cette Force-de-Vie chez l’enfant, pour la laisser suivre son chemin. La Force-de-Vie est autonome et libre. Elle est éveil. Elle ne s’apprend pas. Elle est inhérente à tout être vivant. Elle est l'Intention Originelle.

La Résonance Unitive est un hymne à cette Force-de-Vie. Ici, le praticien devient éveilleur. Il invite cette force à reprendre sa place active à l’intérieur de la personne réunifiée, reconnectée avec la dimension magique et poétique de la vie. Les visions métaphoriques, la vibration énergétique, les sons psalmodiés, les souffles, les chants sacrés, les passes magnétiques et les danses matérialisent l’énergie vitale qui agit dans l’espace d’éveil et de partage.

En tant qu'initiateur de la guérison par Résonance Unitive, j'honore la Vie, elle fait le reste.



[1]           Terme qui appuie sur la qualité résonnante du praticien.

[2]           Expression utilisée au sens large.

[3]           C’est l’espace de conscience sensorielle dans l’ici et maintenant.

[4]           Dr Jacques Ravatin, professeur ès sciences en physique-mathématiques.

[5]           La physique quantique montre qu’il n’est plus possible de   dissocier les deux.

[6]           Vision à distance : perception extrasensorielle d’un lieu situé à distance.

[7]           Institut de Recherche sur les Expériences Extraordinaires.

[8]           Capacité de connaître à l’avance ce qui va arriver.

[9]           Qui traversent les générations et les âges.

[10]         Relatif aux incidences du milieu physique (lien entre cosmos et la Terre).

[11]         Etat de plénitude, de joie et d’amour inconditionnel.

[12]        Le quiétisme est à l’origine une doctrine mystique, chrétienne, du XVIIe siècle, construite par Miguel de Molinos, qui vise la perfection par un état de passivité et de pure contemplation.

[13]      Elle consiste à ré-informer un organisme qui connaît un déséquilibre informationnel. Elle s’appuie sur les découvertes de la physique quantique.

[14]       Notion chère à Schopenhauer, qui la décrit comme le règne d’une volonté aveugle dont nous sommes tous esclaves. Elle nous pousse à vivre.

[15]         Découverte récente qui est développée au chapitre II.

peintures d'Isabelle Staehle

Peinture d'Isabelle Staehle

Création sonore de Bruno